Bande on the run

// 23/05/2016

Par Catherine Colard

« Dimanche 22 mai 2016, de 08h00 à 13h00 - Grand Jogging de la Confrérie du Gay Poulet. A l'occasion de cet événement festif, l'arrêt, le stationnement & la circulation seront interdits dans la portion d'artère précitée. » L’artère précitée étant bien entendu celle où bat le coeur de mes pénates. Peu me chaut que ma ruelle bucolique sans intérêt touristique soit envahie par des inconnus suants, aux heures où je me prélasse dans MA grasse matinée. Mais.

Cette missive sans poésie glissée dans ma boîte aux lettres m’a fait sourire. Jaune. L’effet running gag sans doute. Un peu comme si ladite bafouille m’avait été livrée par un Sarrazin, Messire, version Les « Visiteurs 7, le retour au stade avec Astérix». Une semaine plus tôt, mon carrosse et moi-même avions effectivement été immobilisés en ville une heure durant par « La grande Corrida des Désemparés » et ses hordes de bardes à djembés. Désemparée que je reste par ce comique de répétition (les meilleures étant les plus courtes), je m’avoue complètement opaque face à l'une des nouvelles épidémies qui touchent mes contemporains. Je cite: le fucking « running ».

« Quoi de plus innocent et de plus sain que d’aimer transpirer seul sur un trottoir dans un moche legging brandé bien trop coûteux ? » me direz-vous. Certes, la course à pied est le plus vieux sport du monde, comme l’attestent de brillants anthropologues et quelques fragments de poteries grecques. Il se dit que les hommes préhistoriques chassaient (déjà) les gazelles en leur courant après. A petite foulée, mais avec une endurance supérieure. Jusqu’à épuisement de la proie. A tâââble! Ca m’angoisse gravissimo ("grave". NDLR) a posteriori.

Ah, j’en connais des adeptes de l’aisselle dégoulinante qui avalent dès l’aube jus détox, aloé vera (Google Images est ton meilleur ami) et kilomètres, alors et à l'heure où le commun des mortels pratique le sport en chambre, ou ailleurs. Avec ou sans dopage. Je vous aime, je vous admire les amis. J’épie la moindre de vos performances sur le Net, les applis, toussa. Mais je ne comprends pas tout.
Je fais appel à l’équipe.
William, dis-moi des mots qui m’font du bien qui m’remettent à la page. Voir plus bas. Fais 20 pompes.

La dernière mode, c’est de courir en meute sur le bitume ou ailleurs et d’ameuter. Joggings urbains, bucoliques, festifs, caritatifs, à thème, déguisés, paléos, sur talons aiguille ou pieds nus, féministes ou pas, trails paléo, marathons bistronomiques et autres joggings poussette nudistes avec ou sans DJ. Ou un peu de tout cela à la fois.
Tandis que je viens de gravir virtuellement les marches de Cannes avec une tribune et quelques amis sponsorisés par la nouvelle marque d’apéro en vue, je fais un stop sur selfie et je me dis...

Plus besoin de t'inscrire à Koh-Lanta pour te mesurer à des sensations excessivement fortes et briller sur les réseaux sociaux. Sors tes barefoot connectés et fais preuve d’entregent 2.0. Les applis et ta carte Gold raconteront pour toi ton parcours, tes performances, ta vie. Tes aspirations et tes inspirations. Sans jamais montrer ton visage cramoisi (mais épanoui) ni diffuser tes saines odeurs corporelles (ce ne devrait tarder).

Je regarde les gens courir autour de moi et j’ai le tournis. J’entre dans la danse? Sans doute le devrais-je, sotte ronde Rectangle que je suis. Au pas.

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top