Jean-Luc Cheddar ou la nouvelle vogue

// 31/05/2015

Par Catherine Colard

L’événement de la semaine éculée fut sans doute aucun le Hamburger Day. Ou le burger du jour, selon que vous serez puissant hipster végé polyglotte ou misérable adepte de la monstruosité alimentaire US. Pour tous les goûts, en somme, rimant avec Sardou.

Après les sushis en folie mis à toutes les sauces, le hamburger nouveau est arrivé.
Il y a quelques années déjà, certes, que le burger a quitté l’enfer de la malbouffe ronaldesque (ou dienne?) pour être porté aux nues du miam par les amateurs de biostronomie et autres foodtruckeurs next door.
Comme ça, l’air de rien, le vieux vicieux sandwich mi-chaud mi-mou mi-moche mi-gras est devenu aussi fréquentable que ton voisin artiste plasticien un peu olé olé. Tu le vois, lui, l'ex-chevelu récemment tatoué/brandé qu'on bisouille en soirée parce que la presse underground-mais-pas-trop et les blogueuses #foodporn en parlent. Il sera bientôt côté au Gault et Millau de l’art rupestre carnassier subventionné adulé par les pique-assiette de vernissages en vélo.
Celui-là, on en reparlera quand il m’aura invitée à son vernissage. Dis oui...

« Un mini-burger gluten free chéwie? Non, je suis paléo depuis hier. Oups, depuis Hyères, pardon my love, je me défile ».


Mais je m’égare dans l’univers impitoyable de la hype-bouffe et devant tant de créativité et d’émois dithyrambiques en tranches.

Moa je suis pas si difficile pour manger Mais un peu quand-même.

Avouons que ces pyramides gargantuesques (paix à ton âme, digne père de Pantagruel et ancêtre de Patrick Brelle, lui-même icône du vieux légume oublié) sont définitivement impossibles à ingurgiter avec l’élégance qui sied à une chic fille. Comme moi. Par exemple. Même avec fourchette et couteau. Et moultes serviettes pour éponger toussa.

C'est dit: la burger mania ne passera pas par moa cette année.

Et pourtant. Il n’y a pas tant de mal à se faire du bien. Qui a oublié son premier rendez-vous Quickie avec un morceau de salade flétrie entre les dents? Pas moi, juste son prénom. Jusque Facebook.

Si ton burger rend moche ton intérieur ou ton t-shirt vintage, porte-le à l’extérieur (voire au pressing) et retourne aux profondes racines du mal avec The Burger Records Rock N Roll Radio Show en direct des plages californiennes où l'herbe est si verte.

Puis mets la sauce, William, on a tant besoin de réconfort.

Photo Mr GUGU et MISS GO

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top