La chronique de Damien Breucker // L’Atalante : de Jean Vigo à Jeff Buckley

// 25/12/2014

Par Damien Breucker

Le père Jules, Jean, Juliette et Jeff Buckley

L’Atalante est un film réalisé par Jean Vigo en 1934. En rupture totale avec le cinéma français des années 30, l’Atalante est une histoire de J.
Le film est une énigme et, pour la découvrir, il faut se jeter à l’eau comme Jean pour retrouver sa belle et son image. Il faut rêver et la figure apparaîtra, le voile se lèvera un peu et l’on devinera une forme derrière le flou afin de redécouvrir les contours abstraits d’un ange pâle.

Jean et sa femme Juliette son bateliers. Le père Jules, bourlingueur tatoué flanqué d’un chat sur l’épaule complète l’équipage. Le père Jules est interprété par Michel Simon. Un trio de J où l’eau joue un rôle non négligeable. C’est l’histoire d’une péniche, de la vie de son équipage et d’un canal.
Le spectateur a le choix de son histoire, de la destination finale.
L’Atalante est inclassable car il y a plusieurs chemins, quelques lettres perdues et des âmes à la dérive. L’Atalante est un film de monologues, les paroles sont chaotiques, détachées, perdues et ressemblent à des bruits intérieurs, aux pressions physiques de l’eau sur nos tempes immergées.

Les dernières minutes de la vie de Jeff Buckley ressemblent un peu à une scène du film de Jean Vigo.


Histoires d’O

On a tout dit, tout écrit sur Jeff Buckley, musicien à la carrière aussi éblouissante que fulgurante, fils de Tim Buckley, mort à trente ans dans le Mississippi. Les courants formés par le passage de deux bateaux feront disparaître le corps du jeune chanteur. Un courant lyrique, entre Led Zeppelin et l’Opéra classique italien, et l’autre courant à sa perte. Il était heureux Jeff, il voulait juste prendre un bain. Mais l’eau fait toujours entendre sa voix.

La musique des mots aide le passage du réalisme social au lyrisme où l’amour absolu est impossible. Les bateaux qui ont croisé Jeff n’étaient pas là pour flâner. Sur une péniche, il faut travailler et Juliette l’a bien compris, car quand l’amour s’estompe un peu pour laisser place au quotidien, il est temps de mélanger les personnages, les styles et les époques.

Juliette a fort à faire pour mettre de l’ordre à bord. Elle quittera même le bateau après une dispute avec Jean, qui se jettera plus tard dans l’eau du canal pour voir son visage. Il l’apercevra en robe de mariée.
Les destins de Juliette et de Jeff étaient-ils liés ou Jeff cherchait-il simplement la mariée mise à l’eau ? Y aurait-il une suite à toutes les histoires, un prolongement, des recoupements et des interprétations diverses ?
L’Atalante lève l’ancre et laisse Juliette sur les bords du canal pour continuer sa longue traversée comme une péniche traversant le Mississippi. La typologie des berges nous apprend qu’elles ont dans la nature un tracé qui évolue dans le temps, et l’homme cherche à les stabiliser.

Jules décide un jour de prendre les choses en main et retrouve Juliette dans un magasin de disques. La musique chez Jean Vigo est une situation. Grâce à Maurice Jaubert, les bruits de la radio par exemple, prolongent une vie, une réalité. On peut espérer retrouver Jeff parmi les disques, lui qui écoutait la radio avant de plonger dans le Mississippi. Jules dirait alors cette phrase magnifique: « On a vu des choses plus fortiches que de faire marcher un disque avec un doigt ».
L’esthétique musicale du 19ième siècle révèle qu’il est impossible de se débarrasser du procédé mystificateur. Aujourd’hui, on ne peut parler de musique sans parler de la texture, de l’écorce, du velours et du mousse de l’Atalante jouant de l’accordéon derrière le père Jules en lui faisant croire, volontairement ou non, que son doigt fait fonctionner un disque.

Comme l’a dit Jean-Paul Sartre, « ce n’est pas parce que la salle de concert brûle pendant que l’on donne la Septième Symphonie, que c’en est fini de la symphonie ».

Il était heureux Jeff, il voulait juste prendre un bain. Mais l’eau fait toujours entendre sa voix.

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top