Légendes²: Jerry Lee Lewis

// 22/10/2014

Par Antoine Champion

Dans Légendes², je vous propose cette fois un retour dans le passé plus ou moins lointain, rien que ça. Plus ou moins lointain parce que le monstre dont je vous parle ce mois-ci a vu sa carrière démarrer il y a près de 60 ans déjà. Si je vous dis piano, excentrique, ou encore « Great balls of fire », vous me répondez ? Jerry Lee Lewis bien sûr!

Né un jour d’automne de 1935 en Louisiane, c’est à l’âge de 10 ans qu’il se met au piano, son instrument de prédilection. Ses classes, il les fait… Ah ben non il ne les fait pas car, viré d’une école religieuse. Il enchaîne ensuite les petits boulots et, refusé dans les labels de Nashville, il s’en va à Memphis, berceau du King Elvis Presley, où il commence à enregistrer chez Sun Records en 1956.

Pionnier du rock’n’roll avec des précurseurs comme Buddy Holly ou encore Little Richard, la carrière de celui qu’on appelle désormais « The Killer » explose en 1957 lorsqu’il sort le légendaire « Great balls of fire ». On découvre un jeune blond pâlot se déhancher comme personne devant son piano allant jusqu’à jouer avec ses pieds ou à mettre le feu à son instrument en pleine interprétation. Personne ne passe après Jerry Lee Lewis sur le même piano. Elvis déclare d’ailleurs après avoir vu l’artiste sur scène que s’il peut jouer du piano de la sorte, il arrête de chanter.

Au-delà de sa carrière, sa réputation n’est pas aussi parfaite. Réputé pour être un mari infidèle et un alcoolique, ses deux premiers mariages sont des échecs cuisants. Mais c’est en 1958 que surgit la polémique : son mariage un an plus tôt avec sa cousine de 13 ans à peine. En pleine ascension, sa carrière est stoppée net et il se retrouve accusé de bigamie car son précédent divorce n’est toujours pas réglé. Son public le boude, la vente de ses disques s’effondre, le Killer est abattu en plein vol. Ce mariage durera tout de même 13 ans et deux enfants naîtront de cette union plus que controversée.

La folie est également caractéristique du personnage. Considéré dans le milieu comme un gros rival d’Elvis, Lewis en est fortement jaloux et n’hésitera pas à faire sortir un journaliste en conférence de presse quand celui-ci lui dit qu’Elvis est un peu au-dessus de lui. Autre moment hallucinant lorsqu’il se rend armé à Graceland, exigeant de voir Elvis Presley pour lui montrer qui est le vrai King. Allez en prison, ne passez pas par la case départ et ne touchez pas les 2000 francs.


Malgré cette jalousie excessive, les deux monstres sacrés auront tout de même collaboré le temps d’une journée et de la séance d’enregistrement nommée « Million Dollar Quartet » avec, à leurs côtés, Johnny Cash et Carl Perkins.

De retour en 1970 de toutes ses années de frasques, Lewis a continué à enregistrer bon nombre de chansons et d’albums. Le bad boy du rock’n’roll n’a donc pas eu une carrière très sage mais c’est très probablement ce qui fait de lui une légende. Aujourd’hui âgé de 75 ans, Jerry Lee Lewis n’a pas rangé son piano et tourne encore aujourd’hui. Un album est annoncé fin octobre, sur lequel il collabore notamment avec Keith Richards et Neil Young.


Difficile à 22 ans de trouver sa voie et de savoir ce qu'on aime vraiment mais pour ma part, il y a déjà quelques années que c'est le cas: la musique! Art parmi les arts, c'est probablement la seule chose qui m'offre des perspectives futures et c'est toujours avec le même enthousiasme que j'aime à faire partager mes découvertes, coups de coeur et autres retours sur des albums, rencontres, concerts.
Etudiant en langues romanes le jour, blogueur musical le reste du temps mais aussi musicien entre les deux, je tiens parmi mes influences principales les Foo Fighters, AC/DC, Led Zeppelin, Triggerfinger et bien d'autres encore. La multiplicité n'est-elle pas au fond la clé de la réussite? C'est donc de manière mensuelle dans ma chronique "Légendes²" que je parlerai d'une légende du rock et de ses dérivées. Comme le disait le grand Neil Young, "Keep on rock'in in the free world".

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top