Les "Hérésies" par Chaton/Moore/Moor

// 28/01/2017

Par Eric Therer

Qu’elle soit de nature religieuse, idéologique ou politique, l’hérésie n’a jamais cessé d’habiter les lieux et les époques de l’histoire humaine. Pourfendus, poursuivis, pourchassés, les hérétiques subissent le bannissement à des degrés divers, payant parfois de leur vie leur écart. Quand ils ne sont pas réhabilités à la faveur d’un changement d’époque ou de régime, incarnant ci et là des personnages visionnaires en avance sur leur temps, ils demeurent à tout jamais des damnés, voués aux gémonies. En choisissant de rendre vie à des hérétiques de tous bords, le performer et écrivain français Anne-James Chaton s’est lancé dans un exercice audacieux et ardu.

Même si ils ne sont jamais expressément nommés, ils apparaissent en chair ou en fantôme au travers les onze compositions qui constituent ‘Heretics’. Conçue avec Andy Moor (le guitariste de The Ex) et Thurston Moore (ex-Sonic Youth), cette œuvre, autant musicale qu’écrite, atteste de la complicité liant ces trois affidés inspirés.

Heretics’ s’ouvre sur ‘Tout ce que je sais’, un titre faussement omniscient qui évoque aussi bien la papauté ancienne que le rôle des seigneurs mandés pour débusquer les hérétiques. Plus loin, ‘Erétik’ dresse une liste d’apostats et de renégats confrontés à celle des démons issus des croyances de la goétie ou des dieux antiques. La matière est dense, les références avisées. Il faut attendre l’ouverture du ‘Casino rabelaisien’ pour que les textes prennent une tournure jouette, empruntant au lexique gouleyant de la langue rabelaisienne tout comme ‘Dull Jack’ qui lui succède se joue, déjoue et rejoue la célèbre phrase martelée à la machine à écrire par un Nicholson halluciné dans ‘Shining’. Sade aussi, déviant impénitent, est salué au travers d’une galerie de personnages déliquescents en verve prénommés en ‘J’ (‘Coquins coquettes et cocus’).

Grand hérétique textuel et sexuel contemporain, Burroughs se voit rendre hommage au détour de ‘The things that belong to William’, un dénombrement abrégé des choses vues et révélées dans ses livres. Chaton et Moore se partagent le texte, l’un en français, l’autre en anglais, ne laissant aucun temps mort dans sa progression. De répertoire, d’inventaire, il est également question dans ‘Heidsieck’s chords’ qui n’est rien d’autre que l’énumération d’une liste de poètes et d’écrivains trouvée par Moore. Bernard Heidsieck fut celui qui porta la poésie debout dès la fin des années cinquante en la faisant sortir du placard conformiste dans lequel elle demeurait étouffée, la confrontant aux moyens techniques de son époque (le micro et le magnétophone) une démarche plus hérésiarque qu’hérétique…

Le disque se clôt sur ‘Concoctions’, un recueil d’extraits de recettes alchimistes entrecoupées par des fragments de déclarations de Sid Vicious, un des derniers hérétiques contemporain dont l’état de sécession perpétuelle avec le monde (on se rappelle son slogan ‘Deny everything’) le conduisit à la mort certaine. Le punk en tant que référent artistique, le bruit brandi comme pouvoir dissident.

La collaboration entre Anne-James Chaton et Andy Moor est ancienne. Elle s’est concrétisée au travers une série d’enregistrements mémorables dont celle de la série ‘Transfer’ qui reprend à la manière de chapitres mis bout à bout autant de célébrations de lieux terrestres, aériens ou maritimes. La participation de Thurston Moore est plus récente. On se souvient de leur premier passage commun sur la scène des Ateliers Claus à Bruxelles au printemps 2014. Chaton y évoluait entre les deux guitaristes, tentant de faire entendre sa voix entre d’âpres attaques de cordes distendues et de rafales de distorsions.

Heretics’ est le résultat d’un travail commun. Le film de Benoît Bourreau qui accompagne le disque reprend sous la forme d’un journal la construction du projet dont la première fut créée en 2015 au Théâtre de Saint-Nazaire. On y voit les trois hommes en résidence échanger leurs idées dans un espace clos, posant les bases de leur travail à partir des textes collationnés par Chaton, affinant leurs esquisses à la manière d’apprêts sans cesse remaniés. Les deux autres ne sont pas là pour accompagner un poète, ils lui insufflent l’électricité vitale, ils donnent un sens au tout, un tout qui finit par devenir indiscernable. Alchimique.

Un disque/dvd/livre :
Anne-James Chaton - Andy Moor - Thurston Moore, ‘Heretics’, Unsounds

Après leur récente prestation au Magazin 4, concert de Chaton & Moor le 3 mars 2017 au Water Moulin à Tournai.

RETOUR

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top