Rock and brol / Broc and roll

// 24/05/2018

Par Catherine Colard

Que faire le dimanche entre deux orages? Une petite brocante, pardi! Puis, soyons foufous, un festival de reprises de seconde main. Broc and roll au programme, baby!

Foin de grasse matinée, allons le fouler, ce foin de bric et de brocante. Si l’odeur du neuf te débecte, toi aussi fais l’impasse sur l’oeuf au plat et chausse tes vieilles Doc’s pour arpenter vides-greniers et festivals de covers.

Allergie au pollen aidant, la fièvre acheteuse prend vite de nouveaux tours et t’ouvre les portes d’une consommation responsable moins bling-bling.
Nostalgie de l’épave oblige, faisons fi de notre obsession du zéro microbe. Manipulons à l’unisson et sans pudeurs hygiénistes une édition vraiment sticky de Sticky Fingers, quelques strings patinés comme il faut portés par Candeloro ou des jouets vibrants vintage pour adultes.
C’est à qui dégotera pour deux euros six cents un max de brols collector au charme désuet, quitte à les revendre à perte sur la prochaine brocante et à les racheter l’année suivante. Plus cher.

Par le pain-saucisse avarié alléchés, on aimera ensuite nous rouler dans le stupéfiant stupre du groupe contrefait. A savoir l’univers reprisé des cover bands.Tribute en tribune très aimé chez lui par ses voisins gérontophiles, alliage de membres prépubères à l’usage d’autres prépubères hormonalement instables, enfoirés sous acide et autres fétichistes gothiques vus sur SecondeMain, bienvenue dans le monde presque merveilleux des contrebands.

Ils n’ont rien fait de mal. Ni de bien, d’ailleurs. Purs copycats à grands renforts de paillettes, postiches et pastiches, ils sont le « Mini Mir mini prix mais il fait le maximum » du concert. Souvent avec passion, d’ailleurs.

Il serait, certes, ridicule de débourser 300 Euros pour un semi-playback tapageur d’une star en décrépitude, voire morte ou morte en hologramme, alors même que pour dix fois moins cher, tu peux t’offrir le « Kit Kutl Nostalgik » comprenant les lives de Leonard Couenne, Franck Zappathétique, Indochiennes, Marylène Manson, Louis « la brocante » Vertignac, Annie Winehouse et Pouf Daddy. Plus quelques effets pyrotechniques et plein de bières.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple, local et de saison? Désormais, on recycle, on retape, on réhabilite nos vieilleries à-peu-près cultes. Pourvu qu’on n’ait pas le même rocking chair que tout le monde.

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top