Suzanne... Verdal McCallister

// 11/11/2016

Par David Bouhy

Son regard a beau se perdre aujourd’hui dans l’infini, le bleu de ses yeux ravive la même passion. Charnelle et incandescente, promesse d’éternel car jamais assouvie, cette passion à présent gravée dans la mémoire collective berce l’inconscient de génération en génération, depuis plus de quarante ans maintenant.

Discrètement, elle distille une histoire hors normes qui se devine entre les lignes d'une chanson intemporelle.
Et si le voile a depuis été soulevé, il n'a jamais été percé.
Car personne ne saura jamais vraiment, n'est-ce pas, Suzanne?

D’une main ridée, tremblotante, tachée par le temps qui passe, elle essuie une larme sur sa joue. L’esprit anesthésié par bien des chagrins, des revers et des peines. Et pourtant…

Elle, la muse à l’indomptable beauté, n’est plus qu’une ombre, ombre de son ombre, mais malgré tout, sertie d’une aura intemporelle.

Dans les volutes parfumées d’orange de son thé fumant, elle ressent encore ces sensations enfouies, telles les vagues furieuses du souvenir qui viennent battre ses tympans avec le bruit assourdissant de la nostalgie.

Trois maris, autant d’enfants, une cascade de malheurs et un destin brisé, comme l’échine démantibulée d’une vie portée par les vents. Mais surtout, un aimant qui ne fut jamais amant.

Oui, maintenant Suzanne Verdal McCallister regarde la flamme de la bougie vaciller dans la nuit sans fin et se souvient.

Son nom est inconnu du grand public et pourtant, tous, nous la connaissons.
Figure iconique, son mythe est né d’une chanson.
Plus exactement d’un poème devenu plus tard chanson.
Pas n’importe quelle chanson. L’une des plus belles jamais écrites.
Une chanson fleuve, ancrée dans la baie du Vieux-Montréal, à quelques encablures du Quartier Chinois.

À l’époque, elle est mariée à un talentueux sculpteur du nom de Armand Vaillencourt.
Ils sont beaux et rebelles.
Lui est sûr de son talent. Elle, bohémienne dans l’âme, sûre de sa chance. Tous deux forment un couple idéal.

C’est dans le sillage d’une danse improvisée que Suzanne va alors rencontrer celui qui deviendra son amant fantasmagorique.
Lors une soirée d’été. Comme tant d’autres soirées d’été, dédiée à la douce paresse de la vie qui s’offre encore tout entière à l’insouciance et à la jeunesse.

En cette période de changement de mœurs, on imaginerait facilement les corps s’en remettre à la seule passion dévorante.
Mais, pour de nobles raisons, aucun des deux ne le souhaitera
Se tisse alors l’improbable lien qui va les unir jusqu'au bout.
L’Amour laissé en friche génère un désir exacerbé, qui bien après, sera mis en lumière dans ces quelques lignes aux échos oniriques.

Quand, quelques années plus tard, il vient la retrouver, elle, bien que séparée et enfin libre des entraves de la jalousie, se refuse encore et toujours à lui.
Perpétrant la plus grisante des ivresses, celle qui jette les ponts entre rêve et réalité, à travers les années.
Parce qu’irrésolu, le désir se nourrit d’une complicité intellectuelle où les idées et la créativité s’entrechoquent sous une myriade d’étoiles aveuglantes.
L’esprit l’emporte sur les lois de l’attraction physique.

Elle et lui se quittent puis se retrouvent au fil du temps. S’ignorent, feignent l’insouciance, se toisent du regard, mais jamais ne s’oublient.
Et comment pourrait-il en être autrement?
Inlassablement repris et porté aux nues, leur amour s'immortalise dans un chant majestueux.

Pourtant, irrémédiablement, leurs destins s'acheminent dans des directions opposées, abordant des trajectoires parallèles appelées à ne plus jamais se rejoindre, si ce n'est dans leurs cœurs.

Ainsi, Suzanne, chahutée par la vie, s'achemine tant bien que mal jusqu'au crépuscule de sa vie. Tandis que lui, après une carrière exemplaire et riche d’autres magnifiques chansons, histoires, Amours et anecdotes, s'en est finalement allé ce matin, ou plutôt cette nuit.
Emportant avec lui, la Suzanne d'une autre vie.

There are heroes in the seaweed 
There are children in the morning 
They are leaning out for love 
And they will lean that way forever






RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top