Tempus fugit. Enfin la #rentrée!

// 31/08/2016

Par Catherine Colard

Certains psys tentent d’évaluer les séquelles sur notre santé mentale liées à l’utilisation des réseaux sociaux. Il semblerait, par exemple, que reluquer les photos de vacances de nos amis et ennemis sur Facebook ou Instagram serait facteur de dépression. Surtout lorsqu’il s’agit de pix #justlove postées en direct de leur croisière Royal Caribbean par nos ex recasé(e)s avec une rock star tatouée ou un top model brésilien.

Selon les experts ès selfpsy qui n’ont pas manqué de se pencher sur la question, une (mal)heureuse photo déclencherait effectivement chez celui qui la regarde une comparaison sociale entraînant souvent un insoutenable sentiment d’infériorité. Sauf, bien sûr, si nous figurons nous-même sur cette satanée photo. Nous serions ainsi conduits à publier, histoire de compenser en faisant pâlir d’envie nos congénères, des photos de nous encore plus alléchantes que les leurs. Provoquant ainsi une impitoyable spirale de l’envie pas bonne du tout pour le karma. Nananère!

On vous a vus, les friends du pouce en l’air ! Eh oui Machine, on les a bien matées tes 724 photos fesses à l’air #filter sur la plage de Koh Phi Phi. Oui, Trucmuche qui vas finir alcoolique et tout bouffi, on a liké ton quarante millième selfie gin-tonic-copeaux-de-chocolat-et-poivre-rose. Et certes, c’est pas si mal le #foodporn toscan du rentier trop #swag et la #party sur un #rooftop avec une #piscine de #mojito.

Je ne suis pas une Pythie lisant dans les entrailles des poulets bio ou dans le fond des gobelets de chez Starbucks. Je n’ai pourtant guère de doute sur le hors-champ de vos cartes postales virtuelles. Fastoche. Ni les jolis filtres vintage, ni l’appli « Flower Crown », ni même le selfie-stick avec lequel vous avez failli éborgner le maître nageur balinais ne cachent l’angoisse du vacancier de base. Cette angoisse lourde et un peu glauque, comme dans les vieux films scandinaves. Elle revêt mille facettes en forme de questions lancinantes qui ne vous ont pas lâché les tongs durant votre séjour idyllique. Ai-je bien fermé le robinet de gaz? Quelle MST vais-je me choper cette année? Ce chat laqué englouti au marché du coin était-il frais? On ne voit pas trop ma cellulite sur Pinterest? Et mes règles dans tout ça?

Pendant ce temps, bien à l’aise, chez Radio Rectangle, nous sommes restés sereins entre Seraing et Bruxelles et ça c’est la classe.
Loin de nous les péchés d’envie et d’orgueil. On a refait de frais la déco de nos nouveaux bureaux et studio bruxellois. On a mangé des BBQ en brainstormant sur la grille de rentrée. On a bu quelques bières en faisant passer des castings à toute une bande de Freaks.

Les meilleurs d’entre eux, majoritairement issus de la scène musicale, partageront désormais ici-même leurs savoirs et leurs bonnes ondes, leur humour parfois, leur coups de coeur musicaux toujours. Bref, un peu de tout (sauf des burgers au foie gras), entre magazines, podcasts, mixtapes, séries et articles à foison.

Citons par exemple les petits nouveaux de la classe.
Welcome à l'indéboulonnable Jacques de Pierpont, alias Pompon. Oui LE Pompon des mythiques Rock à gogo,The Rock Show et Hell’s Bells sur les ondes nationales, aussi dingue notoire de BD et de polar. Jacques débarque sur Rectangle avec « Fume c’est du Belge », la vie en rock, version belge.
Bienvenue à l’incomparable Fabrice Lig, DJ et compositeur carolo internationalement reconnu par-delà Charleroi et Detroit.
Et coucou Damien Aresta, un Liégeois hyperactif. Ben tiens. Jonglant au quotidien avec ses talents de graphiste, d’éditeur ou de musicien (It It Anita, label Luik Records, c'est lui aussi), Damien rejoint Radio Rectangle parce qu’il lui restait encore un petit creux dans son planning. Il vous mijote un talk show au croisement des actualités de l’image et de la musique. Et ça va cravacher!

Et puis moi (merde quoi) et tous les vieux de la vieille pas encore rouillés aux angles rectangulaires.

Soyez les bienvenus sur Radio Rectangle, exciting and new. On va vous faire oublier que vous êtes fauchés et que votre bronzage se fait déjà la malle. Alors, heureux?

RETOUR

ARCHIVES

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top