Édito

50599234-282767102348885-2152898197305950208-n.jpg

Le Mystère de la Corvette rouge

// 22/01/2019
Par Catherine Colard

Quel est le rapport entre le Salon de l’Auto, le KonMari et l’art contemporain? Depuis quelques années, les Liégeois un brin curieux se posent cette question existentielle à chaque fois qu’ils frôlent une installation citadine flippante évoquant tout à la fois un César, Prince, KonMari et le syndrome de Diogène.
« And u say, baby, have u got enough gas ? »


Liège, Place Saint Paul, ou parking couvert du même nom.
Aussi loin que je me souvienne (une bonne dizaine d’années), une Corvette rutilante et énigmatique a élu domicile dans le quartier. Nul guide touristique, nulle blogueuse lifestyle, nul archéologue du quotidien n’a pourtant, que je sache, investigué plus loin sur le comment et le pourquoi de cette oeuvre (auto)mobile d’art contemporain garée en plein coeur de la Cité ardente.

Qui en est le créateur? Son propriétaire? Quel est le concept? Est-ce une métaphore? Quelle est la cote de cet artefact aléatoire? Y a-t-il de la beauté dans l’ordure?

Vous comprendrez évidemment mieux ma perplexité quant à la chose si je précise que l’habitacle de la Corvette est empli de journaux, magazine, revues, et autres feuilles de chou entassés du sol au plafond. Un numéro de Vogue y côtoie, en vrac, la gazette des sports (à laquelle le propriétaire de la voiture rouge est abonné) et le National Geographic.

Vus du pare brise, ces journaux amoncelés n’ont pas été lus, ni même feuilletés. L’artiste plasticien anonyme n’a donc sans doute pas eu vent de Marie Kondo, la papesse japonaise du bonheur par le vide, qui buzze jusque sur Netflix avec sa méthode de rangement baptisée « KonMari ». Le truc de Marie Kondo est pourtant tout simple: ne garder que les objets (et les gens) qui nous procurent de la joie et jeter les autres par la fenêtre.

Et si la joie de « mister Little Corvette » résidait précisément dans le cadavre exquis planqué sous ces millions de mots anxiogènes et de caractères captifs? On toucherait là au sublime de la compilation, de la collection, de la compression et de l’inventaire. Que César, Arcimboldo, Tim Noble, Sue Webster, Umberto Eco, Boltanski et Juan d’Oultremont se dénoncent à Liège propreté!

‪Le propriétaire de la bagnole rouge aurait confié à un ami d’ami d’ami qu’il n'avait pas le temps de vider sa caisse parce qu'il est un homme libre.
Je l’invite évidemment à désimmatriculer son bolide immobile et à s’abonner aux podcasts (auto)Radio Rectangle, innombrables et éclectiques. P‬our faire exclusivement place à la joie.

« U must be a limousine! »

Merci Sandra Campisi et Jeff Bertemes, qui se reconnaîtront.

PARTAGER

ARCHIVES

BIENVENUE
DANS LE MONDE
RADIOPHONIQUE
DE FREAKSVILLE RECORDS
Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top