Gomina de Rémi Parson avant Précipitations

// 04/12/2014

Par La rédaction

Synthwave en français et ambiance Lo-fi pour cet excellent Gomina du français Rémi Parson. Objet disque s'impose comme le label indie français à suivre.

Français exilé à Londres depuis 8 ans, Rémi Parson a enregistré les 9 titres de son premier album d’un bloc, en totale autarcie, replié sur lui-même avec un Casio et un ordinateur. ‘Précipitations’ témoigne de ces moments étranges où le panthéon pop se frictionne avec l’inconscient, où les aspirations esthétiques se tordent au contact de réflexes plus instinctifs. Dès les premiers squelettes de chansons, chanter dans sa langue natale a été une évidence, une chose abstraite et nécessaire, un élan à ne pas interrompre. Formellement, le disque convoque pourtant quelques grands fantômes anglais, tout un pan de la cold et synth-wave, on pourrait s’en tenir là mais ce serait passer à côté du sujet, tout est beaucoup plus contemporain, lumineux, accidenté et profond dans ce disque. Le côté 80’s n’est pas une panoplie, la tristesse un peu têtue qui se dégage d’un vieux synthé ou d’une boîte à rythme récalcitrante vient faire échos aux morceaux fiers de leurs fragilités, dont le minimalisme ne contrarie en rien les élans baroques. Les titres sont directs mais les zones d’ombres et les points de tension sont nombreux. Le disque se révèle à chaque écoute plus retors qu’il n’y paraît, il se déploie lentement, offrent plusieurs entrées et lectures. Pourtant, les 9 titres apparaissent dans l’ordre de leur création, sans autre articulation logique que celle de l’accident initial, le souffle du disque est là, dans l’accident, dans la surprise. ‘Précipitations’ sortira le 1er Janvier 2015 et ce sera le premier disque de l’année..

RETOUR

ARCHIVES

LES PODCASTS DE LA SEMAINE

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top