Journée Mondiale du Rien

// 30/11/2015

Par Catherine Colard

Bonjour, toi cher lecteur qui viens de te cogner le front contre l’écran de ton iPhone 7 à la lecture de ce titre incongru.
Et si c’était vrai? Et si elle existait dans la vraie vie cette « Journée Mondiale du Rien ».


Un questionnement bien légitime, au vu du calendrier fantasque de ces journées du tout et du rien digne d’un inventaire à la Prévert sous MDMA. Journée Mondiale des toilettes sèches, de la plomberie express sans pantalon vintage et de l’orgasme sponsorisé (tout est dans tout), du coloriage curatif, de l’alerte #4 et du nail art (CQFD), de la procrastination (ma préférée quand elle n’est pas ajournée), du rangement vertical de bureaux et de concerts annulés en mangeant des sushis les pieds nus dans l’eau trouble, sans oublier la funeste chanson calabraise réincarnée par mes amis mafieux de Seraing, du LOLcats ou de la crevette albinos en milieu schisteux.

Quand ton agenda commence à ressembler à un étrange laboratoire des passions humaines, reviens à l’essentiel. Et si on reprenait notre souffle avec la journée sans journée?

A mille lieues sous l’amer des prétextes « béni-oui-oui » ou mercantiles (n’oublie pas d’acheter des fleurs congelées à ta mamy casée dans un mouroir moche et froid lui aussi) et des trucs encore moins cool qui mériteraient bien mieux qu’une croix dans ton almanach ou dans un cimetière (la recherche, l’éducation, le dialogue, et tout ceci au pluriel bien sûr).

Take care à chaque instant de ta vie, mon ami. Et si l’amour n’a pas de smartphone pour se rappeler à toi, habite à fond les mille cases encore à cocher dans ton calendrier de l’absurdie.

« Un jour par an et c'est aujourd’hui. »

D’ici là, bande de happy fews… le Love c’est pas du déjà vous...

RETOUR

ARCHIVES

LES PODCASTS DE LA SEMAINE

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top