The Pirouettes entre légèreté pop et électronique

// 15/09/2016

Par La rédaction

En quatre ans à peine, The Pirouettes est devenu l’un des groupes incontournables de la french pop. Le sourire aux lèvres, Leo et Vickie composent et écrivent, avec une aisance aussi bluffante que déconcertante, des pop songs inspirées par les amours débutantes, les fêtes nocturnes et leur quotidien parisien. Entre légèreté pop 2.0 et production électronique raffinée, The Pirouettes a vite trouvé son tempo. Sans oublier, à l’occasion, de s’attaquer brillamment au répertoire français – de Comment lui dire de France Gall à Qu’est-ce que sera demain d’Yves Simon.


Après le maxi L’Importance des autres (2014) et le 45 tours Je nous vois/Soleil rare (2015), voici donc venu l’heure du premier album, dont le titre doublement adverbial Carrément Carrément sonne comme une affirmation, une injonction. En douze titres – de l’inaugural Coup d’éclat au conclusif Grand bassin –, The Pirouettes fait étalage de tout son savoir-faire : mélodie accrocheuse, texte futé, refrain catchy, voix dédoublées, chant vocoderisé, arrangements ingénieux. Aidé par les producteurs Jérémy Rassat et Stéphane “Alf” Briat (Air, Arnaud Fleurent-Didier, La Femme, Mustang, Phoenix), l’attachant duo offre un traitement moderne à sa pop électronique maligne.



En phase avec l’année bissextile en cours, The Pirouettes avait sorti, le jour de l’an, une parfaite chanson d’anticipation, 2016 (En Ce Temps-Là), où les deux tourtereaux touchent à l’universel en évoquant leur histoire intime. Ce premier album balance ainsi entre ritournelles entêtantes (Carrément Carrément, L’Escalier, Jouer le jeu) et ballades désarmantes (Amoureux, Au bord de l’eau, Dans le vent d’été). Le charme du disque doit beaucoup à la complicité touchante de ses auteurs, un garçon et une fille de leur âge à la fois modestes et inventifs, sincères et ambitieux.


À l’instar d’une nouvelle génération de groupes et d’artistes d’ici, affranchis des figures tutélaires passées, The Pirouettes possède son propre vocable, qu’il manie avec humour et tendresse. Ou l’art et la manière de la pirouette pop. Irrésistible.

RETOUR

ARCHIVES

LES PODCASTS DE LA SEMAINE

Avec le soutien de
Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles service des musiques non classiques
Top